About PALM OIL !

Publié le par Isabella-Vegan-♥

English/french

Palm oil is everywhere: in soap, food and makeup. ..
It's wrecking the environment. Rolf Skar, a senior forest campaigner with Greenpeace, makes the case that not only is the oil bad for the areas where it's produced, it's also one of the leading causes of global warming.

"The fastest and the worst deforestation rate in the history of humankind is taking place in the tropical forests of Indonesia," Skar says. "That record-breaking rain forest destruction is being fueled by the clearing of land to make palm oil."

Skar also says as much as 80 percent of the land-clearing in Indonesia, one of the principal sources for palm oil, is also illegal.
As a result, he says, shady production facilities are rife with human-rights abuses.

*** Likewise, the diminished habitat hurts orangutans and Sumatran white tigers, both of which are facing extinction.

Cutting down trees for making palm oil cultures mean killing Primates and other wild animals homes, which means the animals die.

There are many substitutes for Palm Oil too which means its unfair!

Please take your time to read labels and try to ban pam oil into your food/TY
and if you feel concerned:
sign all petitions against this massive destruction, because more businesses are using palm oil such as for example :cadbury chocolate.
Thank you.

------------------------------------------------------

En Indonésie, en Malaisie et dans d’autres pays, la production intensive d’huile de palme conduit à des déforestations massives et à la destruction complète d’écosystèmes forestiers. En cause : une demande mondiale qui grimpe en flèche, pour l’industrie agro-alimentaire, mais qui risque d’exploser avec la banalisation des biocarburants.
C’est un désastre écologique qui tend à s’aggraver encore. Depuis les années 1990, la production d’huile de palme, extraite de la noix d’un palmier d’origine africaine, Elaeis guineensis, ne cesse de progresser. A l’origine, cette huile sert à des besoins alimentaires, pour les mêmes usages que l’huile de table, le beurre ou la margarine. Mais ce produit s’est trouvé trois débouchés autrement plus larges. Le premier est celui de l’industrie agroalimentaire qui a découvert avec bonheur cette huile cumulant de nombreuses qualités.
L’arbre pousse vite, en trois ou quatre ans, et la pulpe rouge des noix produit une huile facile à extraire, que l’on peut transformer en une graisse utilisable dans de nombreux produits. Pâtes à tartiner, chips, margarines, plats cuisinés, biscuits, soupes, céréales du petit-déjeuner… : au fil des années, l’huile de palme a envahi la majorité des aliments industriels. Aujourd’hui, c’est une part importante de l’alimentation des pays riches qui est devenue dépendante de l’huile de palme. Mais ce n’est pas tout. A partir de l’amande de la noix, on peut extraire de l’huile de palmiste, qui sert d’ingrédient pour des peintures et des produits cosmétiques. Et voilà un juteux débouché supplémentaire.
Avec ces deux marchés mondiaux, plusieurs pays du sud ont trouvé dans l’huile de palme un produit d’exportation très rentable. L’Indonésie et la Malaisie sont devenues les championnes de cette production. Alors que les pays africains en étaient les principaux producteurs dans les années 1960, ces deux pays asiatiques fournissent actuellement environ 85 % de la consommation mondiale d’huile de palme. Pour chacun de ces deux pays, cette production représente plus de quinze de millions de tonnes par an.
Pour atteindre ce niveau, les Malaisiens et les Indonésiens ont dû engager de vastes opérations de déforestations pour se lancer dans des monocultures intensives. L’Indonésie a déjà perdu 72 % de ses forêts.
A ce rythme, selon un rapport du PNUE (Programme de Nations Unies pour l’Environnement), 98 % des forêts auront disparu en 2022. Or, cette immense zone forestière, qui s’étend sur les trois-quarts du pays, est particulièrement riche en espèces et elle est aussi une richesse pour les habitants, qui l’exploitent, en partie, depuis longtemps.
Sa destruction est une catastrophe écologique et économique, conduisant à la destruction d’écosystèmes, dont les emblématiques orangs-outans. Elle aboutira également à des modifications climatiques et à des difficultés sociales. A l’échelle planétaire, cette déforestation n’est pas sans conséquences non plus puisque les forêts sont de gros absorbeurs de gaz carbonique. Dans le monde, les déforestations sont responsables de 15 à 20 % de l’augmentation de gaz à effet de serre. C’est à la destruction des forêts, d’après Greenpeace, que l’Indonésie doit sa troisième position mondiale de producteur de gaz à effet de serre.
D’autres pays se lancent dans l’aventure, comme la Colombie. Car le boom sur l’huile de palme ne fait que commencer puisqu’un troisième marché, encore plus important, a démarré depuis 2005 : les carburants dits « verts ». L’huile de palme est en effet un excellent produit de base pour les « biodiesels ».
En Amazonie comme en Asie du sud-est, c’est donc un danger d’envergure qui pèse sur les forêts tropicales et leurs habitants, animaux, végétaux ou humains.
En pointe dans cette action, l’association Les Amis de la Terre a mené plusieurs campagnes, dont l’une, récente, vers la grande distribution, pour pousser à une signalisation des – nombreux – produits contenant de l’huile de palme. En effet, sa présence n’est qu’exceptionnellement mentionnée et parfois cachée sous l’appellation « huile végétale ».

Difficile de boycotter tous les produits contenant de l’huile de palme… mais on peut au moins essayer de limiter leur consommation.

source et plus sur ce lien:http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/huile-de-palme-une-catastrophe-ecologique-planetaire_13869/

--------------------------
----------------------
Thank you for your attention/Merci pour votre attention.
Isabella

Last updated by Isabella Feb 26.

Commenter cet article